Après les honneurs, Zidane retrouve le terrain

Publié le par Adriana Evangelizt

Pour les fans, j'ai rajouté un album photos Zizou en Algérie...

Après les honneurs officiels, Zidane retrouve le terrain

 

 



Après les honneurs officiels, l'ex-capitaine de l'équipe de France de football, Zinédine Zidane, a retrouvé le terrain jeudi, avant-dernier jour de sa visite triomphale en Algérie, en donnant le coup d'envoi d'une rencontre de première division au stade olympique du 5 juillet.

Bravant la pluie et le froid, quelque 20.000 spectateurs se serraient les coudes dans l'arène aux tribunes découvertes, édifiée en 1975 pour accueillir les jeux Méditerranéens, qui s'étaient achevés par une finale France-Algérie (2-3), restée gravée dans la mémoire des Algériens.

L'ancien stratège des Bleus avait émis le voeu de visiter ce stade et d'assister à la rencontre de l'Union sportive de la Médina d'Alger (USMA) avec la Jeunesse sportive de la Médina de Béjaïa (JSMB).

La JSMB est le principal club de football de Petite Kabylie, berceau des Zidane. "Je voulais retrouver des sensations, entendre des clameurs", a-t-il dit à la presse.

Zidane en veste sombre et t-shirt blanc a fait son entrée au stade, avec un retard d'une heure, sous les ovations des supporteurs de l'USMA et de la JSMB, brandissant les emblèmes de leurs équipes respectives.

Il a embrassé sur les deux joues, en leur serrant la main, les vingt-deux joueurs - USMA en rouge et noir et JSMB en blanc - alignés sur la pelouse, ainsi que les managers des deux équipes et leurs entraîneurs.

Le président de l'USMA, qui recevait sur ses terres l'équipe de Béjaia, a offert à Zidane un maillot, frappé du nom de la vedette internationale, de sa formation, l'une des plus anciennes d'Alger.

Zidane s'est ensuite dirigé vers le rond central, a soulevé le ballon et l'a expédié d'une magistrale volée vers le camp d'en face.

Un imposant service d'ordre a été déployé autour et à l'intérieur du stade olympique d'Alger, où les entrées étaient gratuites.

Plus tôt dans la matinée, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont réservé un accueil enthousiaste à l'ex-capitaine des Bleus, à Béjaia, berceau de sa famille, où il s'est rendu pour visiter des établissements hospitaliers.

Des banderoles souhaitant à Zidane la "bienvenue à Béjaïa" avaient été tendues à travers les principales artères de la cité portuaire. L'avenue de la Liberté, principale artère de la ville, a été prise d'assaut à l'arrivée du cortège.

"Zizou Imazhighen" (Berbère) criait la foule devant l'hôpital Khelil Amrane, alors que d'autres, certains agrippés aux arbres, scandaient à tue-tête, "zizou, one, two, three, viva l'Algérie", un tube de l'équipe nationale algérienne de football.

Un dirigeant de l'opposition algérienne, Said Sadi, joint au téléphone depuis Paris, a qualifié de "grosse faute" le voyage de Zidane en Algérie, "car il se fait à l'invitation du président (Abdelaziz) Bouteflika".

La presse algérienne a ignoré les critiques autour de cette visite, présentée par des journaux français comme une "récupération de Zidane par le pouvoir algérien".

Zidane avait reçu mercredi des mains du président Bouteflika la plus haute distinction de l'Ordre du mérite algérien, la médaille Al-Athir (signifiant en arabe l'élu), équivalent de la Légion d'honneur française.

L'ex-capitaine des Bleus avait été ensuite reçu à la "Résidence des Oliviers" par l'ambassadeur de France Bernard Bajolet, qui avait salué en lui "un grand Français", et souligné qu'il "constituait un pont entre les peuples français et algérien".

Zidane passera vendredi à Aguemoun, village natal de ses parents, avant de regagner la France en fin de journée, selon son programme.

Sources Jeune Afrique

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Actualité

Commenter cet article