Analyse de psychologue

Publié le par Adriana Evangelizt

Voilà une très belle analyse qui explique que l'humain a ses limites...

 

Psychologue: l’exclusion de Zidane «va le suivre longtemps»

Comment expliquer le coup de sang de Zidane?

Meriem Salmi, psychologue à l’Institut national du sport et de l’éducation physique (INSEP), estime que l’exclusion de Zinedine Zidane en finale du Mondial-2006 de football dimanche soir «va suivre longtemps » le capitaine de l’équipe de France.

Cette finale perdue aux tirs aux buts contre l’Italie (1-1, 3 t.a.b. à 5) était le dernier match de la carrière de Zidane, qui a fêté ses 34 ans le 23 juin.

Q: Comment expliquez-vous le coup de sang de Zidane?

R: «Comme tout être humain, il peut être sujet à des réactions auxquelles on ne s’attend pas mais qui sont assez banales, quand la pression est aussi importante et que vous avez plus d’un mois de compétition dans les jambes et dans la tête. Tout ça va ensemble.
Après un mois de compétition, on est complètement épuisé physiquement. On n’a plus les mêmes capacités. C’est pareil sur le plan psychologique. On passe par des moments où on est vulnérable à tous les niveaux et on peut aussi se blesser psychologiquement.
Quelque chose qui serait passé quand on est en forme, là, ne passe pas. C’est intéressant aussi de savoir ce qu’on lui a dit. »

Q: A-t-il succombé à la pression?

R: «On lui a fait porter d’énormes responsabilités. Il faut s’imaginer la vie de Zidane. A un moment donné, c’est trop, surtout que c’est une personnalité réservée qui contrôle les choses. Les gens qui ont plus l’habitude de s’exprimer ont aussi plus l’habitude de se lâcher. Par contre, quelqu’un de réservé comme Zidane, dès qu’il réalise quelque chose, ça prend des proportions plus importantes. C’est tellement contradictoire par rapport à l’image qu’il représente que ça prend une valeur énorme. Après le match, on ne l’a pas revu. Il était très mal. C’est extrêmement perturbant de perdre le contrôle pour quelqu’un qui a l’habitude de maîtriser les choses. »

Q: Etait-ce un geste réfléchi?

R: «Dans l’instant, il n’a pas mesuré, sinon il ne l’aurait pas fait. C’est comme si le temps s’arrêtait. C’est un passage à l’acte, un moment où rien n’est élaboré et réfléchi. Ca sort comme une pulsion. Zidane est un athlète de haut niveau, donc symboliquement, il a envie de se battre voire de tuer son adversaire. C’est comme si la symbolique prenait le pas sur la réalité. Au moment du coup, il a envie de le mettre à terre. »

Q: Sa distance par rapport à la presse a-t-elle pu renforcer la pression sur ses épaules?

R: «S’il s’enferme, c’est qu’il pense que c’est la meilleure manière de se protéger. Ce n’est pas toujours facile de parler aux médias, de répondre aux questions surtout quand on prépare un événement aussi important. Un sportif de haut niveau a besoin de rassembler toute son énergie sur cet objectif et donc il peut avoir envie de conserver pour soi ses moments de détentes. »

Q: Va-t-il mettre longtemps à se remettre de cette sortie ratée?

R: «Ca dépend de chacun mais, sans le connaître, je dirais que ça va le suivre longtemps, même s’il a des ressources et qu’il va évidemment se remettre. Quand on voit qu’il ne réapparaît pas, même pour aller chercher sa médaille, qu’il n’a pas cherché à s’expliquer, à se justifier ou à se faire pardonner, c’est que c’est difficile pour lui d’avoir craqué à ce moment-là. Par rapport à ses équipiers, ce n’est pas facile d’avoir symboliquement abandonné son équipe. Il va falloir qu’il travaille sur lui pour répondre à ces questions. Par rapport aux siens, c’est aussi une image qu’il n’accepte pas de lui-même. »

Propos recueillis par Gaël FAVENNEC

Sources : DH net

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans L'homme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article