Sa nature a repris le dessus

Publié le par Adriana Evangelizt

Alors nous ne sommes pas d'accord avec Olivier Toscer. Sa véritable nature a repris le dessus, dit-il. Doit-on se laisser insulter et rester de marbre ? Pour nous, Materazzi l'a provoqué, en a rajouté et a continué, on le voit très bien sur la vidéo... Zidane ne peut pas avoir perdu son sang-froid sans raison...

"Sa véritable nature a repris le dessus"

par Olivier Toscer,
journaliste au Nouvel Observateur

La France perd la Coupe du Monde sans avoir concédé une seule défaite. Quel est votre sentiment sur l'épilogue de la compétition ? D'une certaine manière, la France n'a-t-elle pas remporté sa Coupe du Monde ?

- Seule la victoire est belle ! Bien sûr, l'équipe de France a largement surpris. Aucun pronostic ne pouvait prévoir son parcours. Après des débuts catastrophiques, il y a eu ce déclic qui a tout lancé. La préparation physique et le plan tactique ont permis à l'équipe de réaliser de superbes matches. Mais cette équipe de France ne rentre pas dans l'histoire. On oubliera vite le beau Mondial qu'elle a réalisé car on oublie toujours les défaites, tandis que les victoires restent. L'incident avec Zinedine Zidane risque d'être le seul élément dont on se souviendra.

La triste sortie de Zidane paraît être l'événement le plus traumatisant de cette finale. Ce dernier match devait couronner sa carrière. Votre analyse sur son geste ?

- En entrant sur le terrain, il était ultra-motivé. Il voulait absolument sortir en beauté. Je pense qu'il était extrêmement tendu. Il a craqué nerveusement. Il avait la rage de ne pas gagner cette finale.
Sa véritable nature a repris le dessus. C'est d'abord un guerrier. Il a déjà pété les plombs auparavant. Il n'a pu se contrôler. Pendant les trois jours qui ont précédé le match, tous faisaient de Zidane un dieu. Par cette action, il a montré qu'il n'était qu'un homme.

L'image du champion est-elle écornée ? Un joueur de cette envergure perdant son sang froid lors d'une finale de Coupe du Monde, peut-il rester un modèle à suivre ?

- Absolument! Il fait partie des plus grands noms du football, aux côtés de Pelé ou de Platini. Nous lui devons notamment la qualification pour ce Mondial. La France ne serait pas allée en finale sans lui. Pour ce qui de l'image, il faut attendre pour savoir. Là c'est encore trop chaud. Je pense qu'il reviendra vite devant les caméras et fera son mea-culpa. Pour l'instant, c'est vrai que ce coup de tête est la dernière image que l'on a de lui. On réalise le décalage entre l'image lisse, douce et exemplaire qu'il donnait de lui et la réalité. Le problème, ce sont les jeunes qui s'identifient à Zidane et qui l'ont vu répondre à la provocation et faire un geste très violent, un geste pour faire mal. Or, la provocation fait parti du football. Sa réaction est inexcusable, même s'il reste encore à lire sur les lèvres de Materazzi pour savoir ce qu'il lui a dit. Seule une chose pouvait effacer ce coup de tête: la victoire.

Propos recueillis par Bernard Javet
(le lundi 10 juillet 2006)

Sources : Le Nouvel Observateur

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Coup de tête

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article