Materazzi et ses coups d'éclats

Publié le par Adriana Evangelizt

 

 

Les précédents coups d'éclats de Marco Materazzi

 

IMPLIQUÉ dans l'incident qui a provoqué, dimanche 9 juillet, l'exclusion du capitaine de l'équipe de France Zinedine Zidane lors de la finale de la Coupe du Monde, l'Italien Marco Materazzi n'en est pas à sa première affaire.

A 32 ans et pour sa 32e sélection, Marco Materazzi, fils de l'ancien entraîneur Guiseppe Materazzi, qui a dirigé Pise, la Lazio Rome ou le Sporting Portugal, jouit d'une réputation sulfureuse.

Le Sicilien qui a connu la 4e division avant de s'installer dans l'élite italienne après un échec à Everton (1re div. anglaise), a la fâcheuse habitude de voir rouge, comme lors du match de poule contre l'Australie le 26 juin (1-0) dont il fut exclu pour un deuxième avertissement.

Comme en février 2004, lorsqu'il donna un coup de poing durant un match de championnat au joueur de Sienne, Bruno Cirillo: une agression qui lui a valu quatre mois de suspension et la réputation peu flatteuse de "boucher" ou de "tueur". "C'était l'autre Marco Materazzi", avait déclaré le joueur après son premier but dans cette Coupe du monde. "Je ne suis pas un démon. J'ai certainement fait des erreurs, mais jugez-moi en homme.

Je ne peux pas vous dire combien de fois mes enfants ont entendu à l'école que j'étais un monstre."

"Vous faites des erreurs dans la vie", ajoutait Marco Materazzi. "Mais ensuite, vous devez vous laver de vos fautes, sans chercher à vous venger. Chacun a son destin." Une fois encore Marco Materazzi va susciter la polémique et la controverse: la scène n'est italienne, mais mondiale, sa cible n'est pas un obscur joueur de Série A, mais une idole.

A la 109e minute de la finale de la Coupe du Monde 2006, il échange quelques mots avec Zidane, l'insulte sans doute et le capitaine français qui dispute la dernière rencontre de sa prestigieuse carrière "disjoncte" et lui donne un violent coup de tête dans la poitrine.


Zidane est exclu, Materazzi hué par le stade entier dès qu'il touche le ballon. Ce qui ne le fait pas ciller une seconde au moment de son tir au but où il participe au sans-faute italien. Pour Raymond Domenech, Marco Materazzi est l'homme du match. "Je ne sais pas ce qu'il a dit à Zidane. tout ce que je sais, c'est que c'est Materazzi l'homme du match, pas Pirlo", a ajouté Raymond Domenech, relevant que Materazzi avait "égalisé et obtenu l'expulsion de Zidane".

Sources : Nouvel Observateur

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Le problème Materazzi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article